Michel de Certeau, le voyage de l'œuvre

"Notre lieu est le monde" (Jerónimo Nadal s.j.)

peinture de Benoît Vermander, s.j.

Francisco Bellosillo (Freiburg-im-Breisgau)

Toujours à l’oeuvre

Chaque lecteur de MdC est arrivé à son œuvre par un chemin particulier. Cela n'a rien de surprenant si on tient compte de la diversité de domaines que son esprit l'invita à explorer. Mon chemin vers lui me mena du Canada à Paris en passant par Madrid.

Lire la suite...

Pierluigi Cervelli (Roma)

À travers la ville, avec MdC

Les villes italiennes aujourd’hui diffèrent peu de celles que MdC a décrites il y a des années. Toujours plus éloignées de la fantasmagorie des échanges, elles montrent des images de périphéries désolées, d’espaces publics en décomposition, où l’on cherche en vain le signe d’une subjectivité, ou la marque d’une politique  collective. Elles constituent désormais un décor quotidien étrange et étranger : leurs lieux symboliques ont perdu tout sens, ils sont peuplés de langues et de passants qui ne nous sont pas familiers.

Lire la suite...

Perla Chinchilla Pawling (México)

Leer a Michel de Certeau. La modernidad y la Compañía de Jesús

La lectura de la “breve” pero al mismo tiempo inabarcable obra de MdC parecería admitir por ello múltiples lecturas. Sin embargo, paradójicamente, la infinita posibilidad de descubrir caminos temáticos y problemáticos conduce finalmente a un núcleo del que todo parte: la búsqueda del Otro/otro.

Una vía que he podido en parte recorrer es el que muestra “el hueco” sobre el que se construye la Modernidad a partir del estudio de la Compañía de Jesús, la cual surge en, por y para dar cuenta de esa oquedad.

Lire la suite...

Georg Eickhoff (Querétaro, México)

¿Cómo llegó Michel de Certeau a Alemania? Vía México.

El primero de enero de 1994, salió a la luz pública el Subcomandante Marcos desde Chiapas. El 23 de marzo del mismo año, fue asesinado en Tijuana el candidato presidencial Luis Donaldo Colosio a quien había escuchado pronunciando su último gran discurso en el Monumento de la Revolución, el 6 de marzo de 1994. Por casualidad pasé este domingo por el Monumento en el centro de la Ciudad de México. Allí me enteré que se estaba celebrando un gran evento del PRI y por curiosidad me quedé, escuché y observé.

Lire la suite...

Jacques Fillion (Sherbrooke, Québec)

Quand l’autre est Michel de Certeau

Une longue fréquentation, très libre, de l’œuvre de MdC m’a permis d’y bricoler un montage, mis à l’épreuve dans un séminaire sur l’épistémologie du religieux que je donne régulièrement au Centre d’étude du religieux contemporain à l’Université de Sherbrooke (Québec). Les membres du séminaire viennent de différents pays et cultures, ils se réfèrent à des disciplines différentes (droit, médecine, sciences, sciences humaines, théologie), le plus souvent ils n’ont pas de formation philosophique. Certains sont croyants (en diverses traditions religieuses), d’autres ne le sont pas. Leurs parcours sont singuliers. Dans la durée de notre travail ensemble se construit un « lieu » particulier qui conditionne l’invention de procédures aptes à produire un objet d’étude, puis à déterminer des opérations, ce qui configure concrètement une « structure du pensable ».

Lire la suite...

François Hartog (Paris)

« Je crois que c’est important d’avoir un petit nombre d’auteurs avec lesquels on pense, avec lesquels on travaille, mais sur lesquels on n’écrit pas ».

Lire la suite...

Dominique Julia (Paris)

Trente ans après la mort de MdC, ses textes dispersés se sont mués en une œuvre, traduite en de multiples langues, mise à la disposition de tous dans des formats de poche, ce qui lui attire chaque jour de nouveaux lecteurs.

Lire la suite...

Pierre Lardet (Paris)

Extraordinairement fraternel… Ainsi m’apparut, et me restera, MdC rentrant du Brésil en 1971 quand, sur les instances d’un ami étudiant, je me laissai persuader d’aller à une réunion informelle rue Monsieur autour de ce voyageur au long cours – qu’il continuerait d’être.

Lire la suite...